vendredi 11 septembre 2009

Ma pomme, c'est moâ â â â!




« Ma pomme, c’est moi
J'suis plus heureux qu'un roi
[...] pour être heureux comme,
Ma pomme,
Ma pomme,
Il suffit d'être en somme
Aussi peinard que moi.»








En 1936, Maurice Chevalier chantait cette rengaine.
Rappelez-vous, c’était du temps où “tout allait très bien, Madame la Marquise”. À croire que les auteurs compositeurs de cette époque avaient besoin de conjurer le sort ou de consoler le peuple.

Oui, j’aime la chanson française.
Oui, j’aime aussi les fruits de l’automne.
Oui, j’aime encore mieux confectionner des gâteaux aux pommes.

Alors, en clin d’œil à tous les blogueurs et toutes les blogueuses gourmets et gourmands, je vous parlerai de la reine de l’automne, avant la châtaigne, j’ai nommé LA POMME !

Celles de mes deux pommiers tombent malheureusement avant maturité : ou elles sont véreuses, ou les fourmis les colonisent déjà sur l’arbre. Il semble que les soins bio que nous apportons à notre jardin n’ont pas été satisfaisants cette année.
Aussi la quantité de pommes que je vais pouvoir conserver n’est pas proportionnelle au nombre d’expressions populaires que j’ai pu récolter ici et là.
Car, la POMME, reine de la table et des récréations scolaires, a aussi nourri l’imaginaire populaire et suscité des comparaisons cocasses. Voyez plutôt :


aux pommes = délicieux

bonne pomme = se dit d’une personne facile à duper

haut comme trois pommes = de petite taille

jeter des pommes cuites à quelqu’un = l’injurier

c’est pour ma pomme = c’est pour moi

ma, ta, sa pomme = moi, toi, lui

se sucer la pomme = s’embrasser


(A SUIVRE)

11 commentaires:

Chris a dit…

Salut Monic,
Dommage pour ta pomme, euh pardon tes pommes ;-) , qui tombent si vite!!! Probablement qu'elles sont trop fatiguées pour attendre la cueillette, alors elles décident de te lancer un signe fort!!! Et oui, il y en a des expressions avec pomme, et si les pommes de ton pommier tombent, espérons que cela ne te fassent pas tomber dans les pommes...
A bientôt,
Chris.

nadège a dit…

que de tartes, de compotes en prévision et du coup se sera vraiment pour ta pomme...c'est ti pas trognon tout ça...ceci dit elle aurait un effet bénéfique sur le corps, tous les anciens en mangeaient une a chaque repas, ça conserve...

Christineeeee a dit…

Un petit bonhomme
Haut comme 3 pommes
Superposées
Mangeait sa pomme
A la récré

« Bonne pomme… Belles dents »
Lui répétait souvent
Sa maman
Quand il se lavait les dents

Pomme de reinette
Et pomme d’api
Telle est la chansonnette
Qu’il avait apprit

Pommes blettes
Et pommes pourries
Chez moi aussi
J’en suis farcie !

Biseeeeeeeeeeees de Christineeeeee

!
!
!
Pom,
Pom-pom
pom-pom-pom,
pom-pom-pom,
pom pom
Pom

Cathy B. a dit…

Je dois avoir l'esprit mal placé... En lisant ton billet, j'ai pensé à l'expression "croquer la pomme", version biblique de "voir le loup"... (même si certains affirment qu'Ève avait en réalité craqué pour une figue). La pomme,fruit chargé d'une lourde symbolique, au sulfureux parfum de conte de fée.
Entre la pomme que l'on croque à la récré, et le marron que l'on se prend en pleine poire qui nous fait tomber dans les pommes, voilà un billet très fruité!
J'adore passer chez toi me régaler de tes bons mots.
Bon week-end

Laubaine a dit…

UNe publication a tomber dans les pommes .. belle suite aprés la tarte ... GASTRONOMIE des mots ... Délice de la langue verbale ou pour les papilles ... lA POMME CLOCHARD a trouvé un abris et un lieu sedentaire en ton blog ...

monic a dit…

Merci à
Chris, Nadège, Christine, Cathy, Laubaine et Vincent (qui m'a envoyé un mail)!!

Pomme d'api ou pomme de jouvence, elle nous fait parfois chuter aussi.

Chers correspondants, vous êtes vraiment incollables, car le sujet de mon prochaine article («à suivre») parlera du comment et du pourquoi on tombe dans les pommes-pommes-pommes-pommes.
Je poursuis mes investigations car l'histoire est passionnante mais demande des vérifications qui prennent du temps.
Patience, et en attendant, je vous suis reconnaissante pour vos commentaires qui sont, ma foi, «aux pommes»!

amelanche1 a dit…

Ma chère Monic, plusieurs expressions manquaient à mon répertoire. Je suis bien contente de te rendre visite car moi d'habitude je les cuisine ces pommes... Et maintenant, je vais essayer de cuisiner un peu ces expressions.

Je trouve dommage que tes pommiers ne t'offre pas de bonne récolte.

Passe une belle journée.
Josée

Foise a dit…

LA POMME ET L'ESCARGOT

Il y avait une pomme
A la cime d'un pommier;
Un grand coup de vent d'automne

La fit tomber sur le pré !
Pomme, pomme,
T'es-tu fait mal ?
J'ai le menton en marmelade
Le nez fendu
Et l'oeil poché !

Elle tomba, quel dommage,
Sur un petit escargot
Qui s'en allait au village
Sa demeure sur le dos

Ah ! stupide créature
Gémit l'animal cornu
T'as défoncé ma toiture
Et me voici faible et nu.

Dans la pomme à demi blette
L'escargot, comme un gros ver
Rongea, creusa sa chambrette
Afin d'y passer l'hiver.

Ah ! mange-moi, dit la pomme,
puisque c'est là mon destin;
par testament je te nomme
héritier de mes pépins.

Tu les mettras dans la terre
Vers le mois de février,
Il en sortira, j'espère,
De jolis petits pommiers.

Charles Vildrac

Bonjour Monique, est-ce que les enfants Suisses apprennent aussi cette poésie ? Je l'ai tant rabachée avec les miens que je ne peux ramasser une pomme sans l'évoquer !

monic a dit…

@ Josée
Pour nos pommiers, nous sommes responsables de cette mauvaise récolte car nous n'avons pas pris garde à temps de leurs problèmes phytosanitaires. C'est compliqué, il faut être très disponible et tenir compte de la météo, du climat et des prévisions. On espère que le printemps prochain cela ira mieux.

@Foise
J'aime beaucoup cette poésie. Je l'ai enseignée longtemps, mais j'ignore si elle est encore du goût des jeunes enseignants.
Tout change très vite, les méthodes durent 5-6 ans et ensuite passent à la poubelle.
Merci de m'avoir rappelé ce joli souvenir.

Foise a dit…

Pour les deux "grands" de mes petits-enfants la réponse est oui, pour les suivants c'est encore un peu tôt. Clémence (2 ans) mime "le grand cerf" et chante "bateau sur l'eau" depuis l'âge de 7-8 mois... tout comme sa mère...
Hier, j'évoquais avec Camille (10 ans) les comptines qui accompagnent le saut à la corde... Il était question,de mon temps, de Palais Royal et de princesse à marier... A présent on défini le nom du mari, le nombre d'enfants et... l'argent que l'on aura à la banque !;?!

monic a dit…

@ Foise
Heureusement, ce poème a encore des adeptes. je l'aimais bien car on pouvait faire des jeux de rôle, ce qui facilitait la mémorisation.

Pour la comptine du mari, des enfants et de l'argent, nos élèves (filles!) jouaient à méli-mélo, en cercle et en touchant la paume de la main (comme le jeu de la bague d'or). Elles avaient abandonné la corde à sauter car les garçons les embêtaient puisqu'elles nommaient l'un d'entre eux comme futur mari.