mercredi 18 janvier 2012

Renaissance? Résurrection?

(01)





La manœuvre d’installation d’un système plus performant a ... REUSSI ! avec quelques bouleversements dans le paysage de l’écran et des nouveaux logiciels. Mais je me dis que ces changements sont salutaires pour le fonctionnement de mes deux hémisphères cérébraux: chercher, comparer, essayer et trouver.

Avec la satisfaction de retrouver la maîtrise des pages rédactionnelles, entre autres, car je pourrai continuer à transférer des images et même changer le design du blog.

Alors, est-il moral de parler de renaissance ou de résurrection pour un blog, somme toute, objet tout à fait virtuel de communication ? Pour renaître ou ressusciter, il faut avoir approché et vu la mort de près, de très près, avoir connu la destruction.

S’agit-il bien de cela ? Depuis bientôt trois ans que je pratique ce genre de messagerie, je m’étais, comment dire, habituée à mes voyages entre les pages et les lignes. Le blog était devenu un compagnon, peut-être pas aussi attendrissant ou cajoleur qu’un chat. Mais tout de même, il y avait un rite à respecter certains soirs : vérifier si quelques amis avaient déposé un commentaire, me réjouir ensuite des nouveaux messages apparaissant dans la colonne de droite, oser envoyer un commentaire à l’un ou à l’autre en me demandant si mes mots étaient bien porteurs de respect et d’attention.

Alors, le 1er janvier 2012, lorsque je me suis aperçue que les commandes ne répondaient plus, je me suis sentie exclue de la communauté des blogueurs, dans l’incapacité de poursuivre une démarche qui me plaisait.

Bien sûr, “renaissance” et “résurrection ” sont des mots trop forts, qui dépassent la problématique de la page impossible à traiter et, de ce fait, d’un défaut de communication virtuelle. Se relever d’un divorce ou d’une maladie invasive, par exemple, sont des situations plus traumatisantes qu’une panne informatique.

Le blog repart sur de bonnes bases avec son 100ème message selon Blogger.
Pour ma part, intéressée par les étranges coïncidences, je recommence une nouvelle série – de 1 à 99 – en espérant que je serai assez rapide avant que le système 10.5  ne me lâche !


13 commentaires:

Gine a dit…

Belles photos pour une reprise ... L'exclusion de la blogosphère : traumatisante ! C'est parfois facile de se tenir volontairement à l'écart, histoire de recharger les batteries, mais "être interdite de ...", ça passe mal. Tout est donc bien qui commence bien !

Christineeeee a dit…

Le saut du corbeau est une belle réussite !
Te revoilà sur la toile... encore un joli saut en perspective... qui te feras rebondir encore plus haut !

Biseeeeeeeees de Christineeeeeee

Plantine a dit…

Bonjour Monic, je suis heureuse que tu sois sortie vainqueur de ton combat 'mis-à-jouresque' !
Les choses et même les gens, n'ont que l'importance qu'on leur donne au final et j'avoue que pour moi aussi, le PC est quelque chose de très important dont je prends grand soin.
J'ai même acheté un disque externe qui est fait pour sauvegarder mes données ; au cas où ...
Longue vie à ton PC-Phoenix ! ☺

Chris a dit…

Bravo pour ton retour tant attendu et ton chocard est magnifique. Encore une espèce que je n'ai pas vu... Ici c'est encore et toujours tempête de neige!!

Marithé a dit…

Très réussie cette photo du chocard.
Bises

Christineeeee a dit…

J'ai bien reçu ton com... sur "Mes petits coms...", et l'ai fait suivre sur l'Ardoise.
Je ne comprends pas pourquoi tu n'arrives pas à poster un com. Il semble qu'avec Google Chrome, ça solutionne pas mal de choses. Dis moi ce qu'il en est.

Biseeeeeeeeees de Christineeeee

monic a dit…

Hello Christine! Hello Gine!
Gine m'a fait la même proposition: Google Chrome.
J'y suis allée voir les configurations requises. Or, après mise à jour du système de mon Mac, il s'avère que je ne peux pas télécharger Google Chrome car il utilise un processeur “intel”. Seuls les téléchargements avec “universal” seront opérants chez mon ordi réactualisé.

Si cela ne vous dérange pas à toutes les deux, je continuerai pour le moment à suivre la voie de communication utilisée hier soir.

elfine a dit…

bonjour monic, je suis passée par ici aujourd'hui, alors que je suis très en retard de lecture, je m'en excuse au près de toutes. (Il y a des jours où il manque des heures à la pendule).
L'envol du corbeau est très beau (le matériel a bien fonctionné. Bonne semaine.

lejardindelucie a dit…

Contente de savoir que tu as surmonté les difficultés techniques de ce mode de communication qui porte bien son nom la Toile.Elle a permis de tisser des liens au delà de nos lieux de vie et de notre cercle habituel, famille et amis.Elle nous enrichit les uns et les autres de nos approches variées de la vie et de notre monde, elle nous aide parfois à relativiser voire à surmonter les difficultés du quotidien .
Très bonne semaine !

Foise a dit…

J'aime bien que tu aies choisi le chocard à bec jaune pour illustrer ce message, c'est un oiseau qui lorsqu'il n'est pas en vol au-dessus des falaises se réfugie dans les failles des rochers... Il est généralement peu farouche et connaît bien les sommets fréquentés par les randonneurs. J'ai maintes fois partagé mon croûton avec eux !
Je ne savais pas que tu étais en peine avec ton blog... C'est vrai qu'on tient à nos "oeuvres" et aux échanges qui s'y attache...
Tout en pensant que c'est bien fragile et terriblement mystérieux tout ça... Le miracle c'est que ça marche !

Zipanu a dit…

La technologie évolue, le plaisir est le même, s'évader, créer, échanger, apprendre, s'émerveiller, livre, vinyle, cinéma, c'est aussi ça.

Bon retour à travers les affres de l'informatique !

monic a dit…

@ elfine, Lucie, Foise et Zipanu

MERCI POUR VOS MOTS SYMPAS.
Je n'ai pas beaucoup de temps pour allonger le message, mais je n'oublie pas de passer de temps en temps “chez vous”. A bientôt.

lejardindelucie a dit…

Les lavandes sont consommées par quelque sinsectes phytophages qui en grapillent quelques miettes.
Les Arimas sont éliminés par les producteurs avec des insectiticides plus ou moins virulents.
Les "bios" sont plus désarmés , hélas. Il faut parfois laisser faire la part des choses!