lundi 5 septembre 2011

Un conte des frères Grimm: le petit âne



 “Celui-ci est trop grand, il ne peut entrer dans l’histoire.”



“Celui-là non plus, il est mal éduqué pour une histoire de prince.”

Le petit âne 

Il était une fois un roi et une reine qui attendaient avec impatience la venue d’un petit prince. Le jour arriva où la reine accoucha d’un petit ... âne ! De honte et de chagrin, elle voulut le noyer, mais le roi décida de le garder, de le considérer comme son fils et de lui donner une éducation digne d’un prince.



“Le petit prince que la reine aurait souhaité...”

Le petit âne voulut apprendre à jouer du luth. Il se donna tant de peine que, malgré ses sabots, il réussit à pincer les cordes de l’instrument avec grâce et délicatesse.


 “Luth ou guitare mexicaine, ce sont toujours des cordes à pincer!”

Or, comme tout jeune prince bien éduqué, le petit âne avait l’autorisation de se promener au-delà même des frontières du royaume paternel. Alors qu’il longeait les rives d’un étang, il entrevit son visage dans l’onde et fut fort navré de son apparence.



“Si les oreilles ne sont pas trop longues...”

A la tombée du jour, il parvint devant la porte de chêne d’un château inconnu. Comme les gardes ne voulaient pas l’introduire à la cour, il sortit son luth et joua d’une façon si harmonieuse et si belle que le châtelain et sa fille l’invitèrent à séjourner chez eux quelque temps.
Il va sans dire que la princesse était une personne ravissante et attentionnée vis-à-vis du petit âne (comme d’ailleurs dans presque tous les contes...).



 “ —Douces caresses. ENCORE!”

Au bout de plusieurs jours, malgré le plaisir qu’il éprouvait à tenir compagnie à ses hôtes, l’âne réalisa qu’il n’y avait pas d’avenir pour lui dans ces lieux. L’âme en peine, il se prépara à partir lorsque le roi lui offrit —après moultes propositions toutes déclinées par le petit âne— la main de sa fille.

«Et les noces furent célébrées avec magnificence et somptuosité.»


Le soir, dans la chambre nuptiale, le petit âne se défit de sa peau et apparut devant son épouse comme le plus beau des princes dont elle avait toujours rêvé.
Au matin, le prince revêtit sa peau et parut aux yeux du roi sous la même apparence que la veille.


Mais le roi fut tout de même étonné de lire tant de bonheur dans les yeux de sa fille. Il ordonna à un serviteur de se cacher la seconde nuit dans la chambre des époux. La troisième nuit, le roi qui avait eu de la peine à croire le récit de son serviteur, se cacha lui aussi. Il comprit la transformation de son beau-fils et pour éviter que celui-ci ne s’en aille, il jeta la peau d’âne dans la cheminée.




Ainsi le prince connut enfin le bonheur auprès de sa nouvelle famille. Il reçut comme cadeau la moitié du royaume et lorsque le roi mourut l’autre moitié.


“Ils furent heureux et eurent beaucoup d'enfants.”


Photos prises lors de la Fête des amis de l’âne à Berolle (Vaud) le dimanche 28 août 2011.

18 commentaires:

Roger Gauthier a dit…

Absolument ravissant. Je m'en vais me coucher avec le sourire, merci.

Roger

Plantine a dit…

Un bien joli conte et de bien jolies photos !
Bonne journée Monic.

M@rie-Cl@ire a dit…

L'âne est un de mes animaux favoris, tellement plus intelligent que le cheval, malgré tout ce qu'on peut en dire...
Et ton conte est très beau et très bien illustré!

Thérése a dit…

Que c'est mignon et touchant...
Joli conte et j'adore les ânes ,qu'ils sont beaux ..
Merci pour ce beau partage et douce journée.

✿ France ✿ ✿ a dit…

Bonsoir c'est tout simplement superbe j'adore les ânes sourire

Chris a dit…

Merci pour ce joli conte et ces bien belles photos l'accompagnant! Et pour répondre à ta question, il m'arrive de laisser mon appareil à la maison quand la météo est mauvaise, mais aussi, et surtour en ce moment, car je suis débordé de boulot ;-)

Christineeeee a dit…

Avec toutes ces photos, il y avait en effet matière à illustrer ce conte qui nous fait retomber en enfance, quand tous les contes nous faisaient rêver !

Biseeeeeeeeees de Christineeeeeeeee

lejardindelucie a dit…

De belles photos pour un conte qui fait toujours rêver! J'ai vu cet été bien des randonneurs avec des ânes.Les enfants étaient ravis et les parents très contents.
Un joli moyen de remettre l'âne à l'honneur.

elfine a dit…

Bonjour, cette page est ma découverte du jour; je l'apprécie beaucoup et je reviendrais. Bonne continuation.

Foise a dit…

Une belle histoire que je m'empresserai de raconter à Clémence dès la semaine prochaine. Les contes de Grimm ont rarement une fin aussi heureuse...

monic a dit…

Grand merci pour votre détour par ici...

@ Roger
Les contes sont utiles au bon sommeil et j'espère que tu en as profité. Certains traumatiseraient les enfants car ils ne sont pas appropriés (l'âge, la situation). Les narrateurs ont donc intérêt à bien choisir le sujet.

@ Plantine
La fin du “petit âne” est tout de même surprenante, non? Que deviennent les parents biologiques?

@ M@rie-Cl@ire
La démarche était pour une fois inversée: chercher un texte pour un ensemble de photos.
PS: as-tu un blog?

@ Thérèse
Durant cette fête, j'ai réalisé que les amoureux des ânes étaient fort nombreux!

@ France
... et ils savent aussi tirer la langue! c'est une image fugitive que j'ai retrouvé sur mon appareil.

@ Chris
On a tous des raisons valables pour laisser l'appareil à la maison! Il y a quelques jours, pour soulager mon dos en randonnée, je ne l'ai pas emporté: nous avons croisé sur le chemin une femelle Grand Tétras. Une rencontre qui ne se reproduira pas de sitôt.

@ Christine
J'aime bien l'expression “retomber en enfance”: quand la quitte-t-on vraiment? Rester émerveillé comme pour la première fois...

@ Lucie
Il paraît qu'un âne s'éduque et qu'il faut parfois beaucoup de temps pour qu'il accepte le bât. Certains d'entre gonflent leur panse lorsque l'ânier place les courroies.

@ elfine
Bienvenue à bord! Les chats sont aussi bien accueillis.

@ Foise
Les contes de Grimm s'adressaient en particulier aux adultes. Leur symbolique est parfois difficile à comprendre. Ainsi il faut bien choisir le sujet en fonction de la problématique avant de lire un conte à un enfant. Même le plus doux des contes a parfois une chute étonnante: ainsi dans le “petit âne”, pourquoi le prince ne tente-t-il pas de contacter ses parents?

Plantine a dit…

Alors, le destin fut tragique pour les parents du petit âne.
Son Père, désespéré de n'avoir pas de descendance digne de ce nom, se jeta du haut de la tour de son château. La Reine, morte de honte, demanda à la sorcière qui habitait la forêt près du château, de lui jeter un sort pour la transformer en ânesse. Ce que fit la sorcière, mais elle se trompa dans la formule et la Reine fut transformée en ânesse de pierre.
Depuis quand les gens se promènent près du château, ils entendent des pleurs et des braiments portés par le vent.

monic a dit…

@ Plantine
Merci pour cette fin “non autorisée” par les frères Grimm.
Je suppose qu'elle ne plairait pas trop à Foise (?).

De mon côté, je verrais bien les petits-enfants renouer avec leurs grands-parents...
N'empêche, c'est seulement en se regardant dans le miroir de l'étang que le petit âne s'est trouvé bien vilain. Se sentait-il jusque-là normalement beau?
Ah, quand il faut quitter une peau devenue peut-être mitée!

Plantine a dit…

La seule explication pour qu'on ne parle plus de son Royal Père et de sa Royale Mère, c'est qu'ils avaient disparu ...

chris a dit…

Just epour te confirmer que c'est bien la paruline à collier. Elle a été renommée récemment et oui il sðagit bien de Parulina americana ;-) Vive le Delachaux édition 2011 qui est énormément à jour sur la systématique de nos amis à plumes ;-)

araucaria a dit…

Bonjour, je suis arrivée chez vous par hasard... et suis agréablement surprise, vos photos sont très belles, les textes et poésies sont de la même qualité. Merci pour cette jolie promenade.

Marithé et Alain a dit…

C'est un joli conte et tous ces ânes sont superbes.
Cette fête doit être vraiment intéressante à voir.
J'aime les ânes.
J'ai changé de blog maintenant je suis sur Eklablog.
Bises

monic a dit…

@ araucaria
Avec retard, je vous souhaite la bienvenue. J'ai eu l'occasion de découvrir votre blog et j'y retournerai. A bientôt.

@ Marithé
J'ai pris note de la nouvelle adresse, mais je crains que pour moi l'accès aux commentaires me soit encore interdit. Toutefois, je reviendrai avec plaisir.