samedi 6 août 2011

Impression





«Sous les herbes, ça se cajole,
Ça s’ébouriffe et se tripote,
Ça s’étripe et se désélytre,
Ça s’entregrouille et s’entrefouille,
Ça s’écrabouille et se barbouille,
Ça se chatouille et se dépouille,
Ça se mouille et se déverrouille,
Ça se dérouille et se farfouille,
Ça s’épouille et se tripatouille —
Et du calme le pré
Est la classique image.»

poème de Guillevic 


PS 1  Je cherchais un poème pour la colonne de droite (un poème pour la nuit). Celui du poète Guillevic se référait très bien à la saison. Pour être plus visible, je l'ai inséré dans cet article: c'était exactement l'impression que j'avais eue de ce dernier jeudi vécu sous une chaleur à nouveau estivale.

PS 2  Autocritique de la photo: photo animalière et macrophoto, deux techniques de réglage différentes. J'ai voulu me passer de la fonction “macro” automatique, en utilisant la priorité à l'ouverture ... et voilà ce que cela donne. Pas lumineux du tout alors que les papillons étaient en plein soleil et de plus la mise au point n'est pas parfaite. Pour les prochaines expériences, je vais utiliser l'objectif macro. C'est dommage d'avoir manqué une si belle occasion, je ne sais pas quand j'aurai l'occasion d'assister à un accouplement d'azurés.
1/3200, f 5.6, ISO 200

9 commentaires:

Oxygène a dit…

Ne sois pas déçue Monic. Ta photo est très bien et c'est exceptionnel d'avoir saisi ce moment d'intimité entre deux papillons... Bravo ! J'espère que ces deux là auront plein de jolis petits azurés...
PS : j'aime beaucoup le poème de Guillevic :-)

Zipanu a dit…

En voilà deux jolis !

[Le mode macro ne fait que réduire l'ouverture, donc pas de problème pour le mode A, qui de toute façon doit savoir ajuster la vitesse pour une bonne exposition.
A voir le mode de mesure de la lumière par contre et la balance des blancs.]

Cathy B a dit…

Bonjour Monique,
Jolie scène coquine, et tu multiplieras tes chances de revoir des azurés amoureux en les cherchant en toute fin de journée.
Et un grand merci pour nous faire découvrir ce poème, qui stridule avec tant de justesse la mélopée du petit peuple.

laubaine a dit…

Bonjour , un poéme qui résume bien tous ce qui se passe dans nos prairies en ce moment , pour la photo malgré ta vitesse élevé 1/3200 émé de seconde il me semble que le souci est un léger flou de bougé que de mise au point , peut être y avait il beaucoup de vent a ce moment la, le manque de piqué du a un zoom peut être utilisé a sa plus grande ouverture ...ceci n'étant que des suppositions sans connaitre précisément le matériel et les conditions ...

LE CHEMIN DES GRANDS JARDINS a dit…

Très belle histoire d'amour que vivent ces papillons sous ton objectif. Tant pis pour la lumière. Nous avons compris qu'ils s'aimaient' là.
Je ne connaissais pas ce poème de Guillevic que j'ai pourtant beaucoup lu.
Belle journées à toi,

Roger

nadège a dit…

fort sympathique ce poème, pour les photos je pense que tu auras l'occasion d'en faire d'autres, les accouplement chez les azurés sont fréquents a observer, et n'est pas de regret, il faut éviter de les prendre en plein soleil ;-) alors !

PLANTINE a dit…

Mais elle est très belle ta photo, bien qu'un peu indiscrète ! ☺
Elle a de plus l'intérêt d'illustrer le dimorphisme sexuel de ce joli papillon.
Bravo !

Chris a dit…

Perso je la trouve très bien ta photo, et le manque de netteté n'est pas flagrant!!! Jolie photo en tout cas...

monic a dit…

Un tout grand merci pour vos commentaires et vos suggestions: je vais y travailler.
Malheureusement je n'ai pas trop de temps pour vous adresser un petit mot personnel.
Eh oui, mon blog est aussi un peu abandonné (pour le moment)!