vendredi 9 avril 2010

Siffler sur la colline...

... mais pas vu de vipère aspic, ni de couleuvre coronelle, ni de lézard des souches. Trop tôt, l’air était frais, le vent soufflait fort au-dessus des clairières de Ferreyres.
Je suppose également que nos pas bruyants ont dû apeurer les reptiles qui effectuaient leurs premières sorties printanières.




Chaque année, au début d’avril, nous venons dans cet autre lieu enchanteur pour rendre hommage aux premières fleurs de ces pelouses situées à 600 mètres d’altitude au pied du Jura : les anémones pulsatilles. Le temps de leur beauté éclatante est éphémère. Aussi nous nous y prenons souvent à deux fois avant de pouvoir les admirer dans toute leur splendeur.




Les clairières à anémones et à ophrys de Ferreyres sont depuis 2003 sous surveillance. En effet, laissées en friche, elles seraient envahies par les buis qui favoriseraient l’implantation de la forêt. Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est au bon soin de chèvres bottées que ces clairières sont confiées. En effet, il s’est avéré que les caprins ne nuisent pas aux anémones, ni aux ophrys.
Un grand espoir habite les amoureux de ce coin de paradis : que le débroussaillage des clairières, avec le retour des insectes nocturnes, favorise l'arrivée de l’engoulevent d’Europe qui a abandonné cet habitat depuis 1970 !


Sources : Revue n°197 avril et mai 2010  La Salamandre

16 commentaires:

Chris a dit…

Salut Monic,
Quel plaisir de te lire! vraiment tu me redonnes gout au français après tant d'années passées à l'étranger ;-)
Je note ton intérêt pour les arlequins, mais quand tu viendras, ils seront partis su nord. Ils étaient encore là aujourd'hui mais il pleuvait...
Il me semble que si l'on veut se croiser quand vous viendrez, ce sera possible probablement durant votre séjour à Reykjavik, il est possible que nous ne soyons pas là fin Juillet, mais peut-être sur la côte est ;-), mais ce n'est pas encore sur... Tiens moi au courant si vous voulez faire une tite balade... Il fait jour toute la nuit à cette époque...
Amitiés,
Chris.

Roger Gauthier a dit…

Cette deuxième photo est très belle, toute en douceur. Quelle jolie fleur.

lejardindelucie a dit…

De magnifiques fleurs! Et un grand espoir pour un espace géré avec du bon sens! Les espaces "entretenus " par les troupeaux de manière raisonnable, retrouvent leur vie tant dans le domaine des fleurs que des insectes.Il faut maintenir des espaces ouverts et les animaux le font très bien.De plus,le troupeau mène une vie saine! C'est vraiment intéressant de remettre ainsi en place les éléments qui permettent un équilibre dans le milieu.
Bonne fin de semaine.

nadège a dit…

on a l'impression qu'elles enlèvent leur manteau de coton pour dévoiler leur charme, magnifiques petites fleurs...

Josée alias amelanche 1 a dit…

Bonjour Monic, que c'est magnifique de pouvoir observer ces fleurs dans leur habitat naturel et je très heureuse d'apprendre qu'il existe des façons écologique de garder ces fleurs sous bonne garde.

Passe un beau week-end.
Josée
Bisous

Laubaine a dit…

vraiment de magnifique fleurs , les chevres ne sont pas si chevre qu'on le dit , puisqu'elle epargne la beauté , pourtant il fut un temps ou j'en avais et la premiere chose qu'elles mangeaient si elle s'echappaient de leur parc etait les geraniums :) peut etre se vengeaient elles de les avoir enfermée .
CE doit etre une tres belle colline ...

Vicky a dit…

Tes fleurs sont vraiment très belle à regarder....Bravo..

Marithé a dit…

Cela doit être un spectacle merveilleux de voir toutes ces anémones pulsatilles, je ferais moi aussi le détour si j'habitais à proximité plusieurs fois pour être au rendez-vous
C'est formidable de pouvoir garder ces espaces et je souhaite vraiment le retour de l'engoulevent
Bises et bon dimanche

Savoyarde a dit…

Superbes anémones !! Que j'aimerai en voir et en photographier... La dernière photo est magnifique.
A bientôt

Christineeeee a dit…

Bonsoir monic :
Suis en train de guetter l'anémone qui fleurit chaque année dans un coin du jardin, mais pour l'instant... rien ! Elles ont dû immigrer chez ma voisine qui vient d'en trouver deux ou trois en fleurs sur son gazon !!!
Ce sont des farceuses !

Biseeeeeeeeeeeeees de Christineeeee

monic a dit…

@ Chris
Merci pour ton message: si tu éprouves du plaisir à lire mon texte, cela me stimule pour l'écriture, avec le risque que je mette la barre toujours plus haute!
Voilà pourquoi je peine à commenter ailleurs, l'inspiration ne coule pas de source.

@ Roger
Tu as raison: aussi d'année en année je ne me lasse pas de la photographier en recherchant d'autres cadrages.

@ Lucie
Pour toi, j'ajoute une info à mon texte: l'idée de sauvegarder ce coin relève d'une initiative privée de trois personnes avec l'assentiment des communes propriétaires.Cette action réussit si bien qu'ils envisagent de faire pâturer des moutons sur une autre clairière sous la surveillance d'un berger professionnel.

@ Nadège
Tout à fait d'accord: certaines semblent même se cacher avant l'éclosion.

@ Josée
... et comme elles sont toutes à des degrés divers d'éclosion, il faut faire très attention de ne pas écraser celles qui sont encore en boutons.

@ Laurent
Connaissant maintenant quelques-uns de tes goûts, je suis convaincue que cette “colline” (plutôt un plateau) te plairait.
PS Les chèvres et tes géraniums, ça va encore. J'en connais qui ont carrément dévasté un jardin potager!

@ Vicky
Avant de les photographier, je leur tourne autour, je leur murmure des mots gentils, je les adore...
Merci pour ta visite.

@ Marithé
Cette année, durant notre passage, elles n'étaient pas aussi nombreuses que l'an passé. Mais leur attitude m'a fait chavirer une nouvelle fois.
PS L'engoulevent, j'espère que ce sera pour bientôt. Je prendrai mon sac de couchage pour y passer la nuit.

@ Savoyarde
Merci pour ta visite.
La dernière photo: elle a toute une histoire. Le vent constant (ça se voit sur l'image) m'a obligé à rester longtemps accroupie quitte à attraper des crampes.

@ Christine
“Le bonheur dans le pré” se retrouve chez les voisins! Il n'y a pas de raison qu'elle n'ait pas essaimé chez toi. Elle se cache!

Foise a dit…

Je vois que toi aussi tu chasses la flore printanière !... Avec un joli succès d'ailleurs...

monic a dit…

Merci Foise!
Je chasse pacifiquement, je leur parle et elles se laissent faire (quand il n'y a pas de vent). En plus, si un papillon passe par là, je m'attarde un peu plus.
Ce sont mes compagnons de balade qui doivent avoir de la patience.

Cathy B a dit…

@ Monic: grâce à ton article, je réalise un peu mon rêve: rencontrer une anémone pulsatille en liberté (et je suis en train de faire des repérages, sur la piste de l'ophrys champenois...). Je vadrouille souvent dans des réserves naturelles, et ici aussi, la meilleure préservation des prairies naturelles semble être le pâturage (en milieu plus humide, la highland s'en sort bien). Certaines zones ne sont plus pâturées depuis... la tempête de 99 qui a abattu les clôtures. Résultat: elles perdent effectivement en biodiversité. Tout est question d'équilibre. Lorsque l'homme, l'animal et le végétal se décident à vivre en harmonie, cela crée de véritables petits paradis comme celui que tu nous fais découvrir.
Merci pour cette invitation à la balade: d'ailleurs, je décroche de l'ordi et je sors!
Bonne journée

zipanu a dit…

Anémones inconnues pour moi, mais bien jolies, duveteuses et colorées. Petites perles dans un écrin intéressant. :)

monic a dit…

Oups! Cathy et Zipanu,
Je ne vous ai pas vu arriver!
Je suis ravie que cette belle fleur vous plaise. Elle est difficile à capter car il y a toujours du vent, il faudrait un paravent...