dimanche 18 octobre 2009

J’vous dirai tout, tout, tout sur la castagne !



J’ai passé une semaine merveilleuse au Tessin, sous le soleil, dans le froid matinal aussi. Mes semelles ont roulé sur les tapis de bogues de châtaignes. Et là-bas, je me suis dit : «Si je leur parlais du roi des féculents d’automne ?»

Je me suis rappelé d’une expression que j’utilisais enfant. Même fille, il ne fallait pas que les compagnons de classe me cherchent noise. Je n’étais pas belliqueuse, mais je n’appréciais pas les provocations ou les moqueries qui avaient tendance à s’éterniser dans les vestiaires ou dans la cour. Pour montrer que j’étais prête à tout pour faire cesser les coups bas, il m’arrivait de menacer ceux et celles qui ne comprenaient pas le langage non-verbal en leur déclarant «Tu veux une châtaigne ??». Je sous-entendais, comme tout le monde le sait, que j’étais prête à leur balancer mon poing n’importe où. L’image de la bogue de châtaigne avec ses piquants devait en principe calmer les plus provocateurs. Eh oui, l’agressivité chez les filles n’est pas une forme de modernité dans la société actuelle, elle existait déjà il y a .... fort longtemps, toutefois l’usage des couteaux (ou cutters) n’était pas dans nos coutumes.

Il arrive que des bandes d’adolescents se rencontrent pour une “castagne” ou une “baston”. Le lieu et la date de la rencontre demeurent le plus souvent un véritable secret que les adultes ne parviennent pas toujours à décoder. Les règlements de compte s’effectuent en groupe pour défendre l’honneur d’une communauté culturelle ou d’un établissement scolaire.
Cette activité sociale, là aussi, n’est pas nouvelle. Je me souviens d’un film que j’avais vu à la Cinémathèque et qui m’avait laissé un grand souvenir : La Guerre des Boutons. La castagne réunissait deux bandes de garçons de deux villages et se terminait par la perte des boutons de culotte, extrême déshonneur pour celui qui en était la victime.

Le nom de la châtaigne réserve ici quelques surprises négatives. Il en est de même pour le marron !

Or, au cours des articles prochains, je tâcherai de mettre en valeur toutes les qualités que ce fruit de saison nous apporte. A s’en lécher les babines !


Autres expressions :
Tirer les châtaignes du feu (avec la patte du chat) ou
Tirer les marrons du feu =
1. se donner du mal pour le profit d’autrui
2. faire faire par un autre quelque chose de périlleux

Faire quelqu’un marron = le tromper

(A suivre)

10 commentaires:

Chris a dit…

Salut Monic,
C'est assez surprenant quand on y pense, toutes ces expressions que la langue francaise posséde. Encore une belle illustration dans ce message. Ce serait peut être marrant d'essayer de voir le lien avec castagnette!!! Peut être que ce mot vient de castange après tout. Merci encore pour ce succulent message.

Cathy B. a dit…

Un bon pain à la châtaigne: un régal (au sens propre, bien sûr!). J'ignorai que la châtaigne était un féculent: je l'aurai rangé dans les oléagineux, même si ça a du être la "viande du pauvre". Mais c'est vrai qu'on la trouve sous forme de farine... pour le pain, justement!
Encore un article incisif et passionnant, qui nous fait réclamer la suite (sans violence, bien sûr!)
Bonne soirée

Chris a dit…

Sérieux tu viens chez nous!!!! T'as les billets où tu me fais marcher :-) Pense à venir en été hein ;-)

Foise a dit…

Quand j'y goûte je ne sais plus m'arrêter ! C'est un régal qui ne m'apportera que des kg supplémentaires qu'il me faudra ensuite hisser à grand'peine le long des pentes ... Alors pour cette année, je ferai abstinence... Je tiens à rester alerte pour aller quérir les nombreuxes espèces alpines qui manquent sur le blog végétal.

lejardindelucie a dit…

Les fruits rencontrés dans la vie quotidienne servent à enrichir le langage depuis fort longtemps! C'est bien amusant, grâce à ton talent, de retourner ainsi dans le passé!
Je n'ai pas le souvenir de la consommation de châtaignes, mais d'un beau marronnier d'Inde près de l'école et dont les bogues et les fruits servaient à régler quelques différents entre mômes sur le chemin de l'école!

nadège a dit…

ne pas bouder la chataigne elle renferme plein de bonnes choses pour l'organisme...c'est l'abus qui fait le mal...les bogues de chataigne éloigneraient les araignées dans les maisons, a voir...et le gâteau aux chataignes quel délice...nous attendons la suite avec impatience...

amelanche1 a dit…

Bonjour Monic, des expressions qui nous sont inconnu chez nous, à ma connaissance. La châtaigne fait parti de nos paysages Québécois par ses arbres mais est moins populaire à notre table à moins d'avoir des origines anglaises.

Merci de partager tes recherches et passion c'est toujours agréable de te lire.

Passe une belle journée.
Josée xx

Christineeeee a dit…

Bonjour monic :

Et oui,
La castagne en pays toulousain...
Telle que Nougaro l'évoquait :

...
Je reprends l'avenue vers l'école
Mon cartable est bourré de coups de poing
Ici, si tu cognes, tu gagnes
Ici, même les mémés aiment la castagne

O mon païs, ô Toulouse
...

Biseeeeeeeeeeees de Christineeeee

Zulma a dit…

Maravillosa imagen y muy ineresante relato. No conocia esas expresiones.
Besos

monic a dit…

Merci à tous pour votre passage!

à Chris,
Je ne vais pas faire un article sur les castagnettes. Par contre, je me suis informée après ton commentaire.
Le mot vient bien de castaño. Elles sont fabriquées en bois dur comme le châtaignier, le noyer ou le buis. On utilise aussi l'ébène(le granadillo).

à Cathy,
J'ai mangé du pain à la châtaigne en Corse. Quelqu'un m'avait expliqué que les châtaigniers avaient été implantés en Corse par les Napolitains lors de la colonisation de l'île. Le maïs et le blé ne s'y prêtaient pas.

à Foise,
Tu es plus raisonnable que moi. Et pourtant apprêter des châtaignes demande aussi beaucoup d'abnégation, mais pas autant que d'effectuer 1000m de dénivellation!

à Lucie,
J'ai aussi participé à des batailles de marrons (lorsque les prof avaient le dos tourné). Je me rappelle également de la confection de petits moutons avec ces fruits dans lesquels on plantait des allumettes pour faire tenir la tête et les jambes. On les garnissait ensuite de laine frisée.

à Nadège,
C'est vrai que la châtaigne peut être une friandise vers laquelle on revient. Mais le temps de la châtaigne est si court, et “les bonbons c'est tellement bon” pour les dents!

à Amelanche1,
Certains fruits ne sont pas récoltés partout.Une amie iranienne s'est étonnée un jour que nous ne cueillions pas une espèce de baies sauvages, rouges, qu'elle accommode en les séchant pour accompagner des plats comme le riz.

à Christine,
Eh oui, j'avais oublié Nougaro! Merci de me le rappeler. Lui, il jouait de la castagne dans ses chansons, il savait cogner avec les mots.

à Zulma,
Merci pour ton commentaire. Je pense qu'en espagnol, il doit y avoir aussi des expressions typiques.