mardi 26 mai 2009

P comme “Pastis”, la chatte voisine qui se lève “dès potron-minet” et s’invite dans notre jardin...
























Que je vous présente cette grand-mère féline !

Elle doit certainement attendre depuis l’aube derrière la porte de ses maîtres. Je ne l’entends pas miauler car elle est assez discrète dans la maison. À son âge, elle a ses habitudes. L’une d’entre elles consiste à faire le tour de la maison dès qu’elle en a la permission (elle peut sortir si un de ses maîtres est présent). Lorsque la température est encore fraîche, elle s’aventure plus loin en traversant la petite route qui mène au quartier. Après sa première expédition, elle s’installe sur le capot d’une voiture. De son perchoir (qu’elle utilise de préférence dès l’automne, quand le sol se refroidit), elle observe les enfants qui se rendent à l’école.
Durant cette dernière période de grande chaleur, elle vient se camoufler sous le feuillage de mes hémérocalles. Elle sait maintenant (à force de réprimandes) qu’elle ne doit pas se coucher sur les plus petites plantes qui peinent déjà à se défendre contre les attaques de limaces.
Lorsque la porte-fenêtre de la cuisine est ouverte, elle entre en miaulant. Comme c’est une chatte, je dis qu’elle miaule. En fait, elle parle. Je ne comprends pas ce qu’elle me dit, mais je suis sûre qu’elle s’exprime. On échange, chacune à notre façon : «Bonjour. Comment vas-tu ? Il fait chaud ce matin. Je fais un petit tour chez toi. D’accord, mais pas sur les lits, bien entendu... etc. ». C’est notre petit rituel de rencontre, une parole, une caresse, trois petits tours et puis s’en vont.

Au début de notre fréquentation, je n’appréciais pas beaucoup ses miaulements. Mais on s’est aperçu dans la famille que cette chatte comprenait très bien ce qu’on lui disait... à condition qu’on prenne le temps de lui expliquer, par exemple, qu’il est encore trop tôt pour elle de s’engouffrer dans la cage d’escaliers pendant qu’on lève le courrier de la boîte aux lettres. Aujourd’hui, je m’entends bien avec elle. Enfin, sauf sur un point : je n’aime pas la voir chasser les oiseaux. Mais à ce sujet, elle devient complètement indifférente à mes remarques !

J’aime les chats.

L’expression dès potron-minet a un lien avec la caste de nos amis domestiques. Elle a le sens de «dès que le chat montre son derrière», c’est-à-dire «dès le lever du jour».
Minet désigne bien entendu le chat et potron vient du latin posterio (= cul).
En Normandie, on dit dès potron-jacquet, «dès que l’écureuil montre ses fesses».

(tiré de Les expressions de nos grands-mères, de Marianne Tillier)

11 commentaires:

Laubaine a dit…

les chats sont des animaux extraordinaire dans leurs comportements , j'en ai deux et si il n'etaient pas la , je pense que j'en serait tres malheureux ...

Foise a dit…

Comme tu en parles bien de cette chatte ! C'est délicatement observé et trancrit.
Je me refuse d'en adopter une, pour garder la liberté et partir en escapade sans soucis... C'est mon seul regret !
Mais je dois m'empresser d'aller voir le grand jardin que la nature met à ma disposition avant d'aller "manger les pissenlits par la racine".
Certains "naissent avec une cuillère en argent dans la bouche", et "mange leur pain blanc le premier"... Moi, c'est l'inverse... Et je me régale, enfin !!!

Cathy B. a dit…

Je suis amoureuse des chats depuis que je sais marcher. Enfant, j'ai apprivoisé tous les chats sauvages du quartier. Une fois installée chez moi, j'ai tenu 6 mois avant qu'un jeune matou ne vienne griffer la porte du petit appartement. Depuis, ça n'a jamais cessé de ronronner et de miauler dans ma maison. Ce sont les petits maîtres, les muses, les compagnons de route. Comme le dit Foise, ton texte est d'une grande sensibilité: tu nous emmènes à la rencontre de cette minette qui t'a apprivoisée, dirait-on? A travers tes lignes, je peux presque sentir son dos s'arquer sous la main. Merci pour cette rencontre, et transmets mes salutations à ta compagne bavarde.

Vincent a dit…

Salut Monique !

Le Robert historique me signale (et c'est fort joli) que potron - minet est dérivé de potron-jacquet où jacquet veut dire écureuil ! ...qui levant sa queue, montrait son derrière !

Ton article m'a rappelé Les Misérables Troisième partie (Marius), livre septième, "patron-minette" où le grand Victor explique l'obscure origine de ce mot....

Meilleurs messages

Vincent

Chris a dit…

Nous aussi nous avions un chat! Il est malheureusement resté en France! Superbe texte encore une fois...

amelanche1 a dit…

Bonjour Monic, comme le chat je me sentirais fort bien au pied de tes hémérocalles.

Passe une belle journée à toi, grosses bises.

Josée

amelanche1 a dit…

Bonjour Monic, une surprise sur mon blog pour toi.

Passe une belle journée.
Josée

Saveurs et Gourmandises a dit…

Belle chatte. La mienne est noire et blanche, avec un sale caractère quand elle veut, adorable quand elle veut. Mais elle fait totalement partie de la famille.

lejardindelucie a dit…

Comme beaucoup de tes lecteurs j'aime les chats et tes dialogues avec ta visiteuse matinale ma rappelle bien des souvenirs!
Ton histoire est une bien illustration de cette charmante expression .
Merci de si bien mettre en valeur la richesse de notre langue!

Foise a dit…

Me levant moi aussi à Potron-minet, j'ai en trois jours pu collecter de nombreuses espèces pour le blog végétal, du Vercors aux Alpes de Haute Provence...
Je suis sans doute la seule personne qui se réjouisse des perturbations météos qui me laissent un peu de temps pour trier mes images !...
Je pensais trouver un nouveau diton... J'espère que tu vas bien et te dis à bientôt

Chris a dit…

Monic,
Tes mots et tes poèmes sont vraiment magnifiques et j'ai décidé de te faire passer une récompense pour la créativité des blogs. Va voir mon blog stp, et tu peux biensûr refuser!!